La constitution tunisienne et l’enjeu de la liberté individuelle – Conférence mercredi 14 mai de 16h à 18h Université de Montréal

Dominique Avon, Université du Maine

L’Assemblée nationale tunisienne, élue pour un an en octobre 2011, a adopté les derniers articles d’une nouvelle constitution le 26 janvier 2014. Parti-mouvement largement vainqueur lors des élections législatives, Ennahda s’est attribué la réussite de ce résultat par la voix de son leader Rached Ghannouchi, une version immédiatement contestée par le principal parti de l’opposition Nidaa Tounes. Dans un contexte de crise économique et sociale profonde, le processus a été marqué par une recrudescence de la violence armée, des assassinats politiques, et une impasse de l’activité parlementaire qui a nécessité l’instauration d’une instance de « dialogue national » parrainée par quatre responsables de la société civile.

La problématique de la liberté individuelle et de ses déclinaisons comme la « liberté de conscience » ou la « liberté d’expression » a été, jusqu’au dernier jour, une pierre d’achoppement au sein de l’ANC. Elle illustre une double tension, qui est loin de se limiter au seul cas tunisien : celle du rapport à des objets considérés comme exogènes selon une perspective culturaliste ; celle du rapport à un noyau doctrinal réputé intangible selon une perspective essentialiste.

Dominique Avon est professeur d’Histoire à l’Université du Maine (Le Mans) et Visiting scholar at the University of Akron (Ohio), Il a enseigné en Egypte (1992-1994) et au Liban (2004-2005). Ses recherches portent sur le fait religieux contemporain, les courants d’idées et les intellectuels. Ses derniers ouvrages parus : Le Hezbollah (avec A.T. Khatchadourian), Seuil, 2010, Les religions monothéistes (années 1880-années 2000), Ellipses, 2009.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *