Pour une lecture renouvelée des origines de l’islam (Conférence filmée)

afficheDe l’Antiquité tardive à l’orée des temps « modernes », le judaïsme, le christianisme puis, postérieurement, l’islam, ont fait l’objet de discours produits par des magistères religieux qui définirent les cadres conceptuels de la pensée, les méthodes d’étude, les critères de validité et les institutions censées garantir le dépôt « révélé » donc considéré comme « vrai » : « Dieu » s’adressant aux hommes par l’intermédiaire d’un « Verbe », il importait de justifier les modalités de son expression pour situer hors de tout champ comparatif, la religion représentée par tel ou tel. La « modernité » introduisit une rupture dans cette configuration puisque les philosophes, historiens, linguistes et autres philologues s’en réclame choisirent pour point d’ancrage de leurs discours non plus « Dieu » (dont l’existence éventuelle était une question qui restait en suspens) mais les traces laissées par les croyants professant une foi.

Les spécialistes du fait religieux savent combien le conflit fut profond jusqu’au XXe siècle dans les sociétés européennes qui le virent naître avant sa diffusion universelle. Loin d’être résolu, il prit une vigueur particulière dans les sociétés majoritairement musulmanes du pourtour méditerranéen où, depuis les indépendances ayant marqué la fin de la colonisation, un courant porté par l’Université égyptienne d’Al-Azhar a conduit à rejeter toute discipline extérieure à l’héritage de la tradition musulmane pré-moderne pour aborder le texte coranique, les corpus de « faits » et « dits » attribués au prophète de l’islam ainsi que la langue arabe. Initié, entre autres, par le shaykh al-Bahî, ce mouvement a été relayé par les établissements fondés par les pétromonarchies et les instituts d’études islamiques ouverts dans les années 1970 au sein des universités du monde arabe créées antérieurement sur le modèle européen. Il a bénéficié, au même moment, de la critique produite en Europe et en Amérique du Nord par le courant des cultural studies. Mais il s’est heurté à une autre réalité contemporaine, à savoir l’inscription de populations nouvelles dans ce même espace.

La fécondité éditoriale autour de ces sujets est l’illustration du phénomène ainsi décrit. D’autres ouvrages auraient pu être présentés, ainsi celui de Mohammed Ali Amir-Moezzi (Le Coran silencieux et le Coran parlant. Sources scripturaires de l’islam entre histoire et ferveur, Paris, CNRS éditions, 2011) ou celui de Françoise Micheau (Les débuts de l’Islam. Jalons pour une nouvelle histoire, Paris, Téraèdre, 2012). Le trait commun de ces recherches consiste d’une part à mettre en évidence le caractère lacunaire des connaissances des lecteurs et des auditeurs, d’autre part à montrer les blocages personnels ou institutionnels qui visent à empêcher la réflexion libre sur ces sujets sensibles au nom d’une altérité essentialisée. L’objectif de la conférence-débat proposée par le réseau DCIE dans le cadre de l’Université du Maine a visé à mettre en relation le milieu académique et un public attentif à cette problématique. La présentation des trois ouvrages (1h) a été suivie d’un échange (45mn) enregistré dans sa quai-intégralité.

 

Voir la vidéo dans le centre de ressources DCIE

Voir le site de ressources DCIE

 

 

Roger Braun s.j. (1910-1981) Engagement philosémite et secours aux étrangers – Soutenance de thèse – Frédéric Lunel

these_f.lunel
Date et lieu de soutenance
vendredi 13 décembre 2013 à 13h30 à l’Université du Maine au Mans, salle 201 (salle des conseils) de la Maison de l’Université.
Jury
⦁    Dominique Avon, Professeur d’histoire contemporaine, Université du Maine, Le Mans (directeur)
⦁    Patrick Cabanel, Professeur d’histoire contemporaine, Université Toulouse II – Le Mirail (examinateur)
⦁    Michel Fourcade, Maître de conférences en histoire contemporaine, Université Paul-Valéry Montpellier III (examinateur)
⦁    Jean-Marie Lardic, Professeur de philosophie, Université de Nantes (directeur)
⦁    Denis Pelletier, Directeur d’études 1e classe, histoire contemporaine, École Pratique des Hautes Études, Paris (rapporteur)
⦁    Cécile Vanderpelen-Diagre, Professeure assistante d’histoire contemporaine, Université Libre de Bruxelles (rapporteur)

Résumé
Roger Braun (1910-1981) est un prêtre français qui s’est très tôt intéressé aux juifs, qu’ils soient en France ou en Palestine, au judaïsme et à la culture juive.

En 1942, il est nommé Aumônier général adjoint des camps de zone sud et des formations de travailleurs étrangers. Face aux persécutions, il tente de soustraire les internés juifs à l’occupant, cache les enfants, fait son possible pour réunir les familles dispersées, place les vieillards dans des hospices.

Il participe au changement de politique de l’Aumônerie en lui permettant d’apporter, en plus d’un secours spirituel, une aide matérielle sans distinction de « race », de religion, de nationalité. Ce faisant, il jette les bases du Secours catholique international (SCI). En 1946, le SCI fusionne avec le Comité catholique de secours de l’Aumônerie des prisonniers de guerre du chanoine Rodhain. L’œuvre de charité confessionnelle ainsi créée adopte le nom de Secours catholique.

Après avoir quitté cette instance, en 1957, il reprend son apostolat sous la modalité du dialogue en direction des juifs et d’Israël, aux Cahiers sioniens d’abord, puis en créant sa propre revue : Rencontre chrétiens et juifs. Formation parallèle à l’Amitié judéo-chrétienne, cette revue vise à favoriser la compréhension et le rapprochement entre les fidèles des deux religions. Fervent militant contre l’antisémitisme, il intègre également les rangs de la Ligue internationale contre l’antisémitisme (LICA). Il en devient Président de la Fédération de Paris et membre du Comité directeur.

Chevalier de l’Ordre de la Santé publique, premier Français à être distingué par l’État d’Israël pour son rôle en faveur des juifs pendant la Seconde guerre mondiale, « Juste parmi les nations », officier de l’Ordre des Veterans of the Foreign Wars of the United States, chevalier de la Légion d’honneur, récipiendaire du Prix Narcisse Leven contre l’antisémitisme, de la Médaille de Vermeil de la Ville de Paris, ce religieux n’avait curieusement jamais fait l’objet d’aucune étude historique.

Ce travail a pour objectif d’établir une biographie la plus exhaustive possible du père Roger Braun, de l’inscrire dans le courant plus large du philosémitisme catholique et de la redécouverte des origines juives du christianisme. Il vise également à comprendre la naissance de l’œuvre de charité catholique et à établir ce qu’a été son action en faveur des étrangers et réfugiés de l’Europe d’après-guerre.