Laïcités et musulmans, débats et expériences (XIXe-XXe siècles)

couverture_livre4          L’Islam est-il compatible avec la laïcité? Ce type de questions est récurrent – l’actualité nous le rappelle sans cesse. Et nombreux sont ceux qui y répondent par la négative. Issu d’un colloque de jeunes chercheurs organisé en janvier 2012 à l’Université du Maine, cet ouvrage expose à l’inverse la variété des rapports qu’entretiennent les acteurs musulmans avec la laïcité, dans toutes ses formulations. Cette variété de relations est ici envisagée dans le temps long et en différents espaces (Europe occidentale, Balkans, Proche-Orient, Afrique du Nord, Inde…), ec qui met à jour des perspectives originales et des débats méconnus en France. Les contributions rassemblées montrent ainsi combien la laïcité est un concept en mouvement, sujet à de nombreuses interprétations et mobilisé dans dans des perspectives variées. Ces infinies combinaisons intellectuelles et politiques entre musulmans et laïcité convaincront de la nécessité de cesser d’opposer terme à terme des concepts dont le sens est insaisissable hors de la parole des acteurs.

Amin Elias est docteur en histoire de l’Université du Maine et e l’Université Saint-Esprit de Kaslik-Liban, membre du CERHIO et du réseau DCIE.

Augustin Jomier est agrégé d’histoire et pensionnaire de la Fondation Thiers – CNRS. Doctorant en histoire à l’Université du Maine (CERHIO), il étudie le réformisme musulman parmi les populations ibadites d’Algérie au XXe siècle.

Anaïs-Trissa Khatchadourian est chercheur spécialisée dans l’étude du chiisme. Enseignantes à l’université de Montpellier III entre 2006 et 2009, elle prépare actuellement une thèse en histoire contemporaine à l’Université du Maine (CERHIO).

 

Enjeux identitaires en mutation – Europe et bassin méditerranéen

Les travaux réunis ici sont les fruits de deux rencontres entre chercheurs tunisiens et français: la première au Centre d’Etudes et de Recherches Economiques et Sociales de Tunis à Tunis en mai 2010 et la deuxième à la Maison des Sciences de l’Homme Ange Guépin à Nantes en juin 2011.

Le concept d’une « identité » nationale ou ethnique (et l’assimilation de l’une à l’autre) est bâti, en particulier au XIXe siècle en Europe, sur la base des histoires de « nations » dont on cherchait les origines dans l’antiquité. Certains des travaux réunis ici mettent en lumière les processus de constructions d’identités nationales au XIXe siècle, que ce soit l’idée les visions nationalistes de l’histoire française, ou la tension, dans la Tunisie du protectorat, entre identité « nationale » tunisienne, identités arabes ou musulmanes, et la réalité du protectorat français. Ce sont les moments d’implosion ou de démantèlement de grandes unités transnationales qui exige un travail sur des identités nationales soit nouvelles, soit anciennes mais remises au goût du jour et revêtues d’une importance accrue: la décolonisation, puis l’implosion de l’URSS ont donné lieu à de nouvelles constructions identitaires plus ou moins solides. Si en France comme en Tunisie des questions d' »identité » politique, nationale, religieuse, font l’objet d’interrogations et de polémiques, les essais réunis ici nous permettent de prendre du recul et de mettre ces phénomènes en perspective.

enjeux_identitaires_en_mutationJohn Tolan, Hassan El Annabi, Benaouda Lebdai, Franck Laurent, Günter Krause

L’enseignement islamique: entretien avec Hocine Kerzazi

Les cahiers de l’Islam, le samedi 17 mai 2014

« A  la suite du débat sur la thématique de l’enseignement de l’islam, co-organisé par les Cahiers de l’Islam, qui s’est tenu au salon Musulman du Bourget et dans lequel il est intervenu,  Hocine Kerzazi revient pour nous sur ce sujet au travers d’un interview.  »

 

Voir l’article dans son intégralité