Roger Braun s.j. (1910-1981) Engagement philosémite et secours aux étrangers – Soutenance de thèse – Frédéric Lunel

these_f.lunel
Date et lieu de soutenance
vendredi 13 décembre 2013 à 13h30 à l’Université du Maine au Mans, salle 201 (salle des conseils) de la Maison de l’Université.
Jury
⦁    Dominique Avon, Professeur d’histoire contemporaine, Université du Maine, Le Mans (directeur)
⦁    Patrick Cabanel, Professeur d’histoire contemporaine, Université Toulouse II – Le Mirail (examinateur)
⦁    Michel Fourcade, Maître de conférences en histoire contemporaine, Université Paul-Valéry Montpellier III (examinateur)
⦁    Jean-Marie Lardic, Professeur de philosophie, Université de Nantes (directeur)
⦁    Denis Pelletier, Directeur d’études 1e classe, histoire contemporaine, École Pratique des Hautes Études, Paris (rapporteur)
⦁    Cécile Vanderpelen-Diagre, Professeure assistante d’histoire contemporaine, Université Libre de Bruxelles (rapporteur)

Résumé
Roger Braun (1910-1981) est un prêtre français qui s’est très tôt intéressé aux juifs, qu’ils soient en France ou en Palestine, au judaïsme et à la culture juive.

En 1942, il est nommé Aumônier général adjoint des camps de zone sud et des formations de travailleurs étrangers. Face aux persécutions, il tente de soustraire les internés juifs à l’occupant, cache les enfants, fait son possible pour réunir les familles dispersées, place les vieillards dans des hospices.

Il participe au changement de politique de l’Aumônerie en lui permettant d’apporter, en plus d’un secours spirituel, une aide matérielle sans distinction de « race », de religion, de nationalité. Ce faisant, il jette les bases du Secours catholique international (SCI). En 1946, le SCI fusionne avec le Comité catholique de secours de l’Aumônerie des prisonniers de guerre du chanoine Rodhain. L’œuvre de charité confessionnelle ainsi créée adopte le nom de Secours catholique.

Après avoir quitté cette instance, en 1957, il reprend son apostolat sous la modalité du dialogue en direction des juifs et d’Israël, aux Cahiers sioniens d’abord, puis en créant sa propre revue : Rencontre chrétiens et juifs. Formation parallèle à l’Amitié judéo-chrétienne, cette revue vise à favoriser la compréhension et le rapprochement entre les fidèles des deux religions. Fervent militant contre l’antisémitisme, il intègre également les rangs de la Ligue internationale contre l’antisémitisme (LICA). Il en devient Président de la Fédération de Paris et membre du Comité directeur.

Chevalier de l’Ordre de la Santé publique, premier Français à être distingué par l’État d’Israël pour son rôle en faveur des juifs pendant la Seconde guerre mondiale, « Juste parmi les nations », officier de l’Ordre des Veterans of the Foreign Wars of the United States, chevalier de la Légion d’honneur, récipiendaire du Prix Narcisse Leven contre l’antisémitisme, de la Médaille de Vermeil de la Ville de Paris, ce religieux n’avait curieusement jamais fait l’objet d’aucune étude historique.

Ce travail a pour objectif d’établir une biographie la plus exhaustive possible du père Roger Braun, de l’inscrire dans le courant plus large du philosémitisme catholique et de la redécouverte des origines juives du christianisme. Il vise également à comprendre la naissance de l’œuvre de charité catholique et à établir ce qu’a été son action en faveur des étrangers et réfugiés de l’Europe d’après-guerre.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *