Roger Braun s.j. (1910-1981) Engagement philosémite et secours aux étrangers – Soutenance de thèse – Frédéric Lunel

these_f.lunel
Date et lieu de soutenance
vendredi 13 décembre 2013 à 13h30 à l’Université du Maine au Mans, salle 201 (salle des conseils) de la Maison de l’Université.
Jury
⦁    Dominique Avon, Professeur d’histoire contemporaine, Université du Maine, Le Mans (directeur)
⦁    Patrick Cabanel, Professeur d’histoire contemporaine, Université Toulouse II – Le Mirail (examinateur)
⦁    Michel Fourcade, Maître de conférences en histoire contemporaine, Université Paul-Valéry Montpellier III (examinateur)
⦁    Jean-Marie Lardic, Professeur de philosophie, Université de Nantes (directeur)
⦁    Denis Pelletier, Directeur d’études 1e classe, histoire contemporaine, École Pratique des Hautes Études, Paris (rapporteur)
⦁    Cécile Vanderpelen-Diagre, Professeure assistante d’histoire contemporaine, Université Libre de Bruxelles (rapporteur)

Résumé
Roger Braun (1910-1981) est un prêtre français qui s’est très tôt intéressé aux juifs, qu’ils soient en France ou en Palestine, au judaïsme et à la culture juive.

En 1942, il est nommé Aumônier général adjoint des camps de zone sud et des formations de travailleurs étrangers. Face aux persécutions, il tente de soustraire les internés juifs à l’occupant, cache les enfants, fait son possible pour réunir les familles dispersées, place les vieillards dans des hospices.

Il participe au changement de politique de l’Aumônerie en lui permettant d’apporter, en plus d’un secours spirituel, une aide matérielle sans distinction de « race », de religion, de nationalité. Ce faisant, il jette les bases du Secours catholique international (SCI). En 1946, le SCI fusionne avec le Comité catholique de secours de l’Aumônerie des prisonniers de guerre du chanoine Rodhain. L’œuvre de charité confessionnelle ainsi créée adopte le nom de Secours catholique.

Après avoir quitté cette instance, en 1957, il reprend son apostolat sous la modalité du dialogue en direction des juifs et d’Israël, aux Cahiers sioniens d’abord, puis en créant sa propre revue : Rencontre chrétiens et juifs. Formation parallèle à l’Amitié judéo-chrétienne, cette revue vise à favoriser la compréhension et le rapprochement entre les fidèles des deux religions. Fervent militant contre l’antisémitisme, il intègre également les rangs de la Ligue internationale contre l’antisémitisme (LICA). Il en devient Président de la Fédération de Paris et membre du Comité directeur.

Chevalier de l’Ordre de la Santé publique, premier Français à être distingué par l’État d’Israël pour son rôle en faveur des juifs pendant la Seconde guerre mondiale, « Juste parmi les nations », officier de l’Ordre des Veterans of the Foreign Wars of the United States, chevalier de la Légion d’honneur, récipiendaire du Prix Narcisse Leven contre l’antisémitisme, de la Médaille de Vermeil de la Ville de Paris, ce religieux n’avait curieusement jamais fait l’objet d’aucune étude historique.

Ce travail a pour objectif d’établir une biographie la plus exhaustive possible du père Roger Braun, de l’inscrire dans le courant plus large du philosémitisme catholique et de la redécouverte des origines juives du christianisme. Il vise également à comprendre la naissance de l’œuvre de charité catholique et à établir ce qu’a été son action en faveur des étrangers et réfugiés de l’Europe d’après-guerre.

Citoyenneté, identité, mémoire: penser l’identité juive dans l’espace germanique, XIXe siècle – XXe siècle

Illustration Colloque Identité Juive      Journée d’étude du 14 février 2013 à l’université du Maine

 

Franz Oppenheimer et l’identité des Juifs allemands

Olivier Baisez

Université de Picardie Jules Verne, Université Paris-Sorbonne

 

« Nous sommes en dehors des vaines jalousies de peuple à peuple »: Pratiques et réflexions transnationales dans l’Allegemeine Zeitung des Jundenthums (1837-1921) et les Archives israélite (1840-1935)

Heidi Knörser

École Polytechnique

Représentations itinéraires du « Ostjude » chez les auteurs juifs allemands aux 19ème et 20ème siècles

Martine Benoît

Université de Lille 3

Europe et Sciences Modernes, Histoire d’un Engendrement Mutuel

Compte-rendu du Colloque International

21 et 22  février 2013, Museum d’Histoire naturelle de Nantes

 

  • Organisation effective :

CAPHI (Vincent Jullien), CFV (Stéphane Tirard),  DCIE (Cyrille Michon, V. Jullien), NHRF (Efthymios Nicolaïdis).

 

  • Rappel de l’argumentaire scientifique :

Les sciences, telles qu’elles sont aujourd’hui internationalement inventées, pratiquées, discutées dans les laboratoires, dans les congrès, les revues du monde entier, sont pour l’essentiel les héritières et les continuatrices des sciences européennes.

L’Europe en constitution a rendu possible le développement de ces sciences et de la philosophie naturelle ; réciproquement, la constitution de ces immenses domaines de savoir a constitué une des trames les plus stables, profondes et solides qui font exister l’Europe.

Nous avons tenu un premier colloque sur ce thème en 2011, dont les actes viennent d’être publiés.

Nous souhaitons enfin montrer comment, aux XVIIIet XIXe siècles, les sciences et la philosophie naturelle continuent de s’organiser à l’échelle de l’Europe. Les réseaux, les collaborations et les controverses dessinent et créent cet ensemble géopolitique. A travers les déchirures de l’histoire européenne, les savants croisent et entrecroisent les fils d’une trame commune.

 

  • Le projet a été soutenu par

La NHRF (National Hellenic Research Foundation), le CAPHI (Nantes), le  Centre François Viète (Nantes),  le Programme de recherche régional Dynamiques citoyennes en Europe, le CAPHES (ENS, Paris),  le Syrte (observatoire de Paris), l’UFR Lettres et Langages de l’Université de Nantes, l’Université de Nantes, La région Pays de Loire, la  ville de Nantes.

 

  • Programme réalisé et premier bilan scientifique

21 février   Matin    Chimie    Présidence    Stéphane Tirard

Accueil par Jean-Marie Lardic, Directeur de l’UFR  Lettres et Langage de l’Université de Nantes.

Vangelis Koutalis, (Athènes), Chemical philosophy before and after the antiphlogistic revolution:

      the legacy of Joseph Priestley and the singularity of Humphry Davy.

François Pépin, (Sphère, Paris),  La chimie des Lumières et ses réseaux: académie, textes et pratiques.

 

21 février  Après-midi Physique  Présidence  Jean Dhombres

Vincent Jullien, (Université de Nantes) Esprit anglais, esprit continental.

Patricia Radelet,   (Université de Louvain),  Hermann von Helmholtz et la conservation de la force.  

Fabio Bevilacqua, (Université de Pavie) Volta, Electricity.

Raffaele Pisano , (CHSE, Lille et RCTHS, Pilsen, Czech. Rep.)  Faraday et Maxwell, l’électricité et l’électromagnétisme.

Muriel Guedj, Université de Montpellier (V.P.), L’énergie au tournant des XIXème -XXème siècles : un concept en tension.

Polina Chrysochou,  Doctorante, Université Middlesex et NHRF, Athènes.  Réception de la physique en Grèce au XIXe.

 

22 février Matin,      Sciences du vivant, Astronomie, Mathématiques

Présidence  Kostas Skordoulis

Jan Vandersmissen, CHST, Liège,  Débats européens sur les formes élémentaires de la vie marine au Siècle des Lumières.

Thierry Hoquet , Université Paris-ouest,-Nanterre,  Sur les réseaux de botanistes de la première moitié du XIXe siècle autour de Benjamin Delessert.

Efthymios Nicolaïdis, NHRF, Athènes,     De l’astrométrie à l’astrophysique.

Jean Dhombres , EHESS, CNRS, Paris, Selon une historiographie convenue, et par rapport au siècle précédent, la rigueur caractériserait-elle les sciences mathématiques du XIXe siècle?

 

22 février. Après-midi Conditions générales

Présidence Raffaele Pisano

Christophe Brun, Lycée G. Eiffel, Cachan, Elisée Reclus, vivre et penser l’Europe en géographe au XIXe siècle.

Delphine Toquet, ENIB Brest et CAPHI, Nantes, Réception européenne de F. Bacon au XIXe siècle.

Kostas Skordoulis, Université d’Athènes, Physics and Politics in Early 20th Century Europe.

Kostas Tampakis, NHRF Athènes, Science and religion in 19th c. Greece.

 

Nous avons donc eu seize communications qui ont nettement fait avancer le sujet que nous étudions depuis trois ans. Il est trop tôt pour tirer précisément les enseignements de ces discussions, mais il apparaît bien que nous avons donné corps à cet « engendrement mutuel » des sciences moderne et de l’Europe. Le tableau établi lors du premier colloque de février 2011 (qui a porté sur la période XIIe –XVIIe siècle) se trouve complété par nos travaux de février 2013.

Nous allons travailler au projet –raisonnable- de publier les actes de ce second colloque, ce qui paraît fort utile, au vu de la qualité très satisfaisante du volume tiré du premier colloque et de la bonne qualité des communications du second.

 

Nous aurons ainsi apporté une contribution importante aux travaux nombreux et variés qui cherchent à caractériser la culture européenne, voire sa nature et à comprendre l’essor des sciences modernes.

  • Six éléments notables du bilan du colloque.

1. Travail entre CAPHI et CFV

Il y a deux pôles qui s’occupent d’histoire et de philosophie des sciences à l’Université, le CAPHI et le CFV ; le colloque a été une expérience réalisée en commun, du début à la fin. Ceci devrait  marquer une étape dans la collaboration de ces deux laboratoires.

 

2. Approfondissement du travail avec les équipes grecques.

Depuis quatre ans, le CAPHI et le département de philosophie ont développé des activités d’enseignement et de recherche avec des équipes athéniennes : le département philosophie et didactique de l’Université d’Athènes et l’équipe d’histoire des sciences de la NHRF (National Hellenic Reseach Fondation). Nous avons un accord cadre signé avec l’UFR Lettres et Langages, un accord Erasmus et sommes engagés dans des programmes européens. Le colloque constitue une réalisation supplémentaire significative de cette collaboration internationale.

 

3. Participation confirmée à l’axe Religions du programme DCIE.

Le programme régional Dynamique Citoyenne en Europe, dirigé par D.Avon (et G. Krause, J.M. Lardic et al.) a beaucoup aidé pour la réalisation des deux colloques « Sciences modernes et  Europe ». Le CAPHI est intégré à l’axe Religion et Laïcité de ce programme. Le volume publié après le colloque n°1 est  paru dans la collection DCIE chez Peter Lang. Le colloque n°2 a confirmé l’importance de la  question religieuse et théologique pour comprendre les développements ou les difficultés de la pensée scientifique. Plusieurs interventions ont été structurées par cette problématique qui était naturellement essentielle lors du colloque n°1.

 

4. Connexions nouvelles en France : Montpellier, Syrte

Le colloque a permis d’établir des rapports avec deux  institutions supplémentaires. La première est l’UMR Syrte (Observatoire de Paris). Cette connexion était attendue puisque deux des organisateurs du colloque (Michel Blay comme membre titulaire et Vincent Jullien comme membre associé) en font partie. Cette UMR de grande taille qui est composée  pour l’essentiel d’ astrophysiciens, comprend également une équipe d’histoire et de philosophie des sciences de grande valeur. Des suites sont d’ores et déjà prévues dans le programme de travail 2013-2014.

La seconde est l’Université de Montpellier 2. Muriel Guedj, une des participantes du colloque est vice-présidente de l’Université et chercheuse en histoire des sciences. Elle a par le passé travaillé avec le CFV de Nantes et envisage d’organiser une visite du président de Montpellier 2 dans notre université.

 

5. Association de jeunes chercheurs.

Nous avons pu inclure dans le programme des communications de deux jeunes chercheuses  dont c’était le « baptême du feu » : Delphine Toquet, professeur de lettre à l’ENIB de Brest et doctorante au CAPHI (Dir. V. Jullien) et Polina Chrisochou , formée dans l’équipe de nos collègue athéniens, accueillie à Nantes dans le programme Erasmus et actuellement en thèse dans l’Université anglaise de Middlesex.

 

6. Utilisation de ressources propres de la ville de Nantes, conditions excellentes.

Le colloque s’est tenu au Museum d’Histoire Naturelle de Nantes ; ceci a été possible grâce aux relations déjà existantes avec le CFV et son directeur S. Tirard.  L’emplacement, les locaux et  les équipements sont excellents et très favorables pour le déroulement d’une réunion de ce genre.

 

Vincent JULLIEN    Efthymios Nicolaïdis Stéphane TIRARD

DCIE

La cristallisation de groupes humains pour faire « cité » est un phénomène complexe qui associe des éléments d’identification et de distinction : langue, origine géographique, genre, catégorie sociale, religion etc. Jamais statique, ce phénomène connaît des formes accélérées de recomposition dans le monde contemporain. Il suscite, en retour, des espoirs ou des craintes, des projets créatifs ou des tensions, dont rendent compte les débats et les initiatives au niveau d’un Etat, comme à l’échelle infra ou supra-étatique des sociétés européennes plurielles.
Dans une perspective pluridisciplinaire, nous avons entrepris de fédérer les recherches de plusieurs laboratoires ligériens autour de la problématique commune des « dynamiques citoyennes », elle-même articulée sur deux axes convergents : «laïcité et religions» ; «citoyennetés et identités». Nos compétences réunies nous permettent de situer ces travaux dans un contexte comparatif large d’un point de vue diachronique (embrassant les grandes périodes de l’histoire) et synchronique (centrant les études sur l’Europe mais les ouvrant à d’autres horizons culturels : méditerranéen et atlantique pour l’essentiel).